Ouf, il est toujours là, certes tout seul (où est passé son copain ? ), mais encore présent sur Bouilland.

Je parle bien sûr du chamois, que j'ai rencontré cet aprem à la Combe. J'avais de quoi être inquiet, en cette période de chasse. Lundi, en fin d'aprem, alors que je me promenais sur le plateau au-dessus de la face Est, j'ai entendu un chasseur beugler après son chien, puis un coup de feu genre combattant syrien. La bestiole visée n'avait aucune chance. 

Question : on a le droit de chasser le lundi?

Question : pourquoi 1.2 millions de chasseurs en France représentent-ils un tel poids dans la vie des communes, la gestion de l'environnement, alors que le million de grimpeurs estimé compte pour des prunes?

Ne me répondez pas que les chasseurs sont utiles à la régulation des populations de gibiers : depuis quand, dans la nature, les espèces sauvages auraient besoin des humains pour réguler leur nombre ? Cet argument, inventé par l'homme, pour l'homme , ne correspond  pas à une réalité écologique, par contre,sur le plan économique, oui...

Et voilà, on y est : la chasse, ça rapporte,... l'escalade, nada !!!

Quand, en plus, dans la bouche de la ministre des sports (ancienne nageuse, elle s'y connait en sports de pleine nature...), l'escalade est principalement considérée comme un sport de salle (c'est l'argument qu'elle donne pour ne pas revenir sur la législation concernant les falaises et les risques encourus par les propriétaires en cas de pépin), il ne faut pas s'étonner que les grimpeurs outdoor demeurent des nuisibles...

Question : comment procéder pour que la grimpe génère des retombées financières sur les économies locales ?  Impliquer les communes concernées dans la vente des topos ? Un permis de grimpe ? Une licence obligatoire, avec Assurancetourix...?